Click to listen highlighted text!

Nous savons aujourd’hui que la plupart des adultes qui ont la charge d’un nouveau-né parlent au bébé, lui chantent des berceuses, commentent ce qu’ils font pour lui, avec lui, autour de lui. Et ce, quels que soient le milieu socio-culturel et les conditions de vie de la famille. Mais lorsque le bébé commence à explorer le monde en se déplaçant, une autre forme de langage entre en jeu : le langage factuel uniquement compréhensible dans la situation : « Donne, prends, arrête, attention, non ! » – une langue indispensable au quotidien mais qui ne peut s’écrire et qui ne raconte pas. Or, dans certaines familles, cette langue devient le mode essentiel de communication avec le bébé alors que dans d’autres, on continue à commenter ce qui se passe, ce que l’on fera demain, ce qui s’est passé hier : c’est la langue du récit. Une langue relayée, en outre, par des jeux de corps, de doigts, et par les premiers livres que l’on lit à l’enfant. Des études ont pu mettre en avant qu’à un an déjà, les bébés peuvent baigner dans des bains de langage très différents. Ce sont, entre autres, sur ces recherches que s’est appuyée l’association ACCES (Actions culturelles contre les exclusions et les ségrégations) pour mettre en place ses protocoles de lectures aux bébés dès le plus jeune âge.

Des ateliers parents / enfants destinés à la communication autour de la lecture.

« donner le goût des livres et des histoires aux tout-petits en associant les familles »

Un parcours avec les tous petits

Lecture

Eveil

Découverte

Imagination

Aller au contenu principal Click to listen highlighted text!